Une pratique qui me rend vraiment mal à l’aise a gagné le Québec : les fameuses promesses de revenus pour attirer la clientèle. Quand j’enseigne le programme « Lancement d’une entreprise », j’ai une responsabilité envers mes élèves de les éduquer sur ce type de pratique. C’est FACILE d’écrire sur tes médias sociaux que tu fais 150 000$ par mois et de promettre à tes disciples des revenus de 10K-15K par mois, c’est autre chose de le prouver.

Il y a une vingtaine d’années, je naviguais dans le milieu du marketing de réseau. Herbalife fut mon premier contact avec l’entrepreneuriat. À cette époque, il fallait que tu aies un gros char pour pouvoir recruter et que les gens pensent que tu es riche! Donc, à 24 ans, je conduisais une Oldsmobile Alero flambette pour impressionner mes prospects et ce fut un gros #FAIL! Je gagnais 32K par année chez Bélair Direct et je me promenais avec une auto que je n’avais pas vraiment les moyens de me permettre parce qu’il fallait que j’aie l’air riche! Heureusement, je sais que ces pratiques ont changé.

Les fausses promesses de revenus

Récemment, je suis tombée sur la publication que j’ai mise en image principale d’un coach d’affaires que je connais de réputation. Pour travailler avec ce coach, ça coûte 4500 $-5000 $ pour 12 semaines et après ton coaching, tu vas gagner 10 000 $ par mois, selon ce qui est écrit sur sa page de vente.

Des revenus de 150 000$ par mois, dans un marché aussi petit que le Québec, me semblent bien difficiles à atteindre avec du coaching en ligne. Peut-être que j’ai tort et que c’est moi qui n’ai rien compris ! J’ai donc fait quelques vérifications auprès des registres publics et gratuits. La première chose que j’ai trouvée en vérifiant le registre des entreprises du Québec, c’est qu’il possède une entreprise individuelle.

Peut-être a-t-il été mal conseillé !

Normalement, quand tu fais plus que 60K-70K par année en revenus, ça commence à valoir la peine de créer une société par actions. Alors,  je formule 2 hypothèses : soit tu aimes payer de l’impôt, soit tu racontes de la bullshit. Je suis certaine que Justin appréciera ta contribution de près de 900K par année.

Poursuivons, il y a 2 adresses sur l’état de renseignements du registre des entreprises. Après avoir fouillé les registres fonciers, toujours publics et gratuits, j’ai trouvé que les 2 propriétés ne sont pas à son nom. Ce sont des condominiums, ou blocs appartements à 6 logements. Donc, je présume qu’il est locataire d’un beau 4 ½ ou 5 ½ en banlieue de Montréal. Je vais faire de la projection et vous partager que si je gagnais 150 000$ par mois, j’habiterais la tour des Canadiens. Encore mieux, j’habiterais bien en haut dans les Condos Altitudes en face de la Place Ville-Marie.

150 000 $ par mois… VRAIMENT ?

Par souci de transparence, je tiens à dire que j’habite moi-même dans un petit 4 ½ à Saint-Eustache. Ce choix me permet d’être près de ma famille et de mettre de l’argent de côté. Je réduis mon style de vie de quelques centaines de dollars par mois, et je termine de payer mes dettes. La GROSSE différence, je n’ai jamais fait aucune promesse de revenus pour vendre quoi que ce soit.

La morale de l’histoire

J’ai choisi d’écrire cet article pour vous sensibiliser.  Vous devez prendre responsabilité sur les choix que vous faites quand vous investissez votre argent pour obtenir du coaching d’affaires. Je me permets de partager les 4 C de ma coach : CV, les compétences, la certification et la chimie. Quand vous pensez embaucher un coach, faites vos devoirs. Vérifiez son CV. Validez les compétences. Obtenez une preuve de sa certification. Assurez-vous que la chimie est là. Merci à ma coach, Marie-Josée, de m’avoir partagé ces stratégies.

C’est votre responsabilité comme consommateur de faire vos devoirs. Avant de donner votre argent durement gagné, si on vous fait des promesses de revenus, faites vos vérifications. Si vous perdez votre investissement avec un coach parce que vous n’avez pas fait vos devoirs, c’est votre faute !

Print Friendly, PDF & Email
Voir les options de partage
Cacher les options de partage