5 Stratégies pour faire partie du 1%

5 Stratégies pour faire partie du 1%

On m’a dit un jour qu’il y avait deux « jobs » avec lesquelles je pouvais faire 100 000$ + par année sans aller à l’Université : Travailler en ventes, devenir entrepreneure. Je n’ai pas pris de chance, j’ai développé une passion pour les deux sujets.

Les ventes sont souvent le cœur d’une entreprise. Pas de ventes, pas de revenus. Je vous partage mes stratégies pour faire partie des vendeurs que l’on regarde en se demandant ce qu’ils font pour avoir autant de résultats.

Prospection, prospection, prospection…

Un de mes anciens collègue en recrutement m’a déjà dit : « Mylène, t’es toujours aussi bonne que ton dernier placement! ». C’est vrai. Votre réputation est toujours basée sur votre dernière transaction. La plupart du temps, ça se passe bien. Parfois, vous allez l’échapper. Certaines entreprise décident simplement de faire affaire ailleurs etc. Je n’ai pas besoin de vous donner 6000 raisons de prospecter.

Si vous voulez garder votre « pipeline » bien rempli, vous devez prospecter TOUT. LE. TEMPS. Si vous n’aimez pas la prospection, ne travaillez pas en ventes, car vous allez être malheureux. Vous n’entendrez jamais un vendeur qui gagne dans les 6 chiffres dire qu’il n’a plus besoin de client.

Il comprend les défis de ses clients.

Le vendeur qui fait partie du 1% connait tellement bien son domaine qu’il sait exactement ce qu’il manque à son client pour être 100% heureux. Il se soucie des résultats de sa clientèle de façon honnête et authentique.

Le meilleure façon de perdre un prospect de haut niveau est d’essayer de lui vendre une solution dont il n’a pas besoin. Prenez le temps de bien écouter votre client, quitte à lui revenir avec une proposition à une prochaine rencontre.

La méthode de « Lancer de la marde sur le mur pour voir ce qui colle » est désuette et vous fera perdre tout crédibilité.

Aimez votre client.

Mon Maître Yoda en ventes, Marco Cimon, m’a un jour dit : « Mylène, il faut que tu aimes chacun de tes clients, sinon tu ne vendras pas. »

Quelle parole de sagesse. Ça m’a saisi au début. J’ai toujours eu comme philosophie que si une personne est prête à me payer, je suis prête à lui vendre. Ça m’a valu mon lot de client difficile, de problèmes et de non-paiement… Une perte de 12 000$ quand on est une nouvelle entrepreneure, c’est une erreur qui coûte cher pour un client qu’on aime pas!

Maintenant, j’aime chacune des personnes avec qui je fais affaire, sinon je réfère à un collègue avec qui ça pourrait aller mieux.

Demandez à votre prospect quel est son budget.

Ben oui! Il faut parler d’argent pour réussir. Même Bill Gates a un budget. Je ne me suis jamais fait dire par un client qu’il se foutait du prix de ma solution. Jamais. Connaître à l’avance le montant que votre prospect est prêt à investir pour régler son problème pour évitera beaucoup d’objections par rapport à l’argent.

Vous pourrez ainsi préparer une proposition qui sera plus facile à « closer » pour vous et qui démontrera à votre nouveau client que vous respectez ses restrictions budgétaires.

Un p’tit truc de recrue en passant…

Faites vos suivis. Ben oui! On ne s’en sort pas! Comme 80% des transactions se complètent après le 5e appel, si vous voulez faire partie du 1%, vous devez continuer d’appeler jusqu’à ce que vous ayez un « oui ».

Sinon, vous ferez partie de ceuze qui disent que travailler en vente c’est plate, en plus, c’est juste des jobs à commission!

J’espère que ces stratégies simples et efficaces vous permettront de vous démarquer sur le marché. Et si vous voulez VRAIMENT démolir vos objectifs de ventes, lisez CECI!

Bonne chance!

Print Friendly, PDF & Email
Voir les options de partage
Cacher les options de partage