Casier judiciaire & recherche d’emploi

Casier judiciaire & recherche d’emploi

Comme la plupart d’entre vous, j’ai vu l’histoire de ce jeune de 18 ans qui aura un dossier judiciaire et qui sera également listé sur le registre des délinquants sexuels pour avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente de 13 ans, même si cette relation était approuvée par les parents. Mon objectif aujourd’hui n’est pas de faire le procès du procès. Mon objectifs est de vous donner ma perspective de recruteure, et de vous partager ma façon de travailler avec un candidat si ce dernier possède un casier judiciaire.

Honnêteté et transparence

Si vous avez un casier judiciaire, la pire chose à faire est de le cacher à votre recruteur ou futur employeur. Je ne peux pas gérer ce dont j’ignore l’existence. Par contre, si je suis au courant d’une situation, je peux la gérer avec mon client. Si vous traitez directement avec l’entreprise, l’honnêteté vous fait toujours gagner des points.

La charte des droits et libertés

Selon la charte, et je n’ai aucune prétention d’être avocate, on ne peut refuser un emploi à une personne pour la simple raison que cette dernière possède un casier judiciaire. Voici ce que j’ai trouvé sur le site web de la CDPDJ :

« On ne peut vous refuser un emploi, vous congédier ou vous pénaliser dans le cadre de votre travail parce que vous avez un casier judiciaire si l’infraction que vous avez commise n’a aucun lien avec l’emploi ou si vous avez obtenu un pardon (aussi appelé suspension de casier judiciaire). Cette situation est contraire à la Charte des droits et libertés de la personne . »

Quelques points à vérifier…

Si votre condamnation remonte à plus de 6 ans, vous pouvez certainement démarrer votre demande de pardon. SI vous avez des doutes, je vous conseille de contacter un avocat qui pourra faire les recherches pour vous. Oui, ça coûte de l’argent, mais j’ai vu certaines entreprises qui retirer une offre suite à l’enquête pré-embauche parce que la candidate en question avait une plainte à son endroit dont les poursuites furent abandonnées. Il s’agissait d’une mauvaise rupture et de plaintes croisées. S’il vous est arrivé une malchance, ou que vous avez pris des mauvaises décisions. Ça vaut la peine de poser des questions et de vérifier ce que ressort lorsqu’on fait des recherches à votre sujet.

En conclusion

C’est votre vie c’est votre carrière, c’est votre responsabilité. La première chose à faire si vous avez un doute, c’est de vérifier vous-même et d’être transparent avec votre recruteur. De cette façon, nous pouvons être proactifs avec notre client et vous aider à obtenir ce nouvel emploi.

Print Friendly, PDF & Email