Comment repousser ses limites selon les Navy SEALS

Après la règle du 10% de mon entraîneur, je vous parle aujourd’hui de la règle du 40% des pires « Bad Ass » de la terre entière : les Navy SEALS. Vous comprendrez que je vous parle aujourd’hui de la « dureté du mental » ! Pour lire ce qui m’a inspiré l’article d’aujourd’hui cliquez ici.

Si je vous résume le tout dans mes mots, lorsque vous pensez que vous avez tout donné, que vous êtes au bout du rouleau, vous êtes seulement à 40% de votre potentiel, vos capacités. Je l’ai expérimenté à l’entraînement, et je me suis promis de l’expérimenter dans mon entreprise.

Un ami entraîneur m’a offert de me botter le derrière et de me faire expérimenter le genre d’entraînement que font les athlètes d’arts martiaux mixtes pour être en « fighting shape ». L’échauffement : 10 Chin-Ups (tractions), 10 push-ups, 10 Kettlebell Swings; 9 Chin-Ups, 9 push-ups, 9 Kettlebell Swings et ainsi de suite en descendant jusqu’à 1 répétition.

« J’ai jamais fait ça des Chin-Ups »

« Maintenant tu vas être capable d’en faire »

Einstein disait que la définition de la folie est de continuer à faire la même chose et d’attendre un résultat différent. Des Chin-Ups, j’en ai fait un total de 55. L’entraînement en circuit était encore plus difficile, j’ai presque embrassé un Kettlebell en fonte! Au programme… Tout ce que je déteste le plus à l’entraînement! J’ai passé au travers, et ça a duré près de 90 minutes. Heureusement pour moi, j’ai été sauvée par un rendez-vous avec un client.

Je suis vraiment fière de ce que j’ai accompli, malgré les courbatures du lendemain. J’ai détesté cet entraînement, et je le referais demain matin. La fierté que j’éprouve à avoir accompli ce que je me croyais incapable de faire est plus grande que la douleur des douloureuses courbatures.

Pour reprendre les propos de l’article : « If it doesn’t suck, we won’t do it. » Si vous faites toujours ce que vous aimez, vous ne vous dépasserez jamais.

Ce que j’en retire :

  1. Pour avoir les résultats que l’on a jamais eus, il faut faire ce que l’on a jamais fait.
  2. Sortir de sa zone de confort de façon quotidienne en exécutant une tâche que l’on déteste faire chaque jour. Débarrassez-vous de ce que vous n’aimez pas faire en débutant la journée, vous aurez ainsi un sentiment de fierté et vous pourrez concentrer sur ce que vous aimez faire.

Ma question maintenant est la suivante : « Qu’allez-vous faire aujourd’hui pour sortir de votre zone de confort? »

J’ai bien hâte de lire vos commentaires!

Mylene

Print Friendly, PDF & Email