L’appel à froid n’est pas mort!

L’appel à froid n’est pas mort!

À 15 ans, j’ai eu mon premier emploi en vente. Je vendais des tablettes de chocolat porte-à-porte, et on se promenait partout au Québec. À 1$ de profit par tablette, je devais être productive pour générer un profit qui avait du sens pour une ado qui voulait être indépendante financièrement de ses parents. J’ai toujours évolué dans la vente, et j’ai compris très tôt dans la vie que d’être en mesure de parler aux gens que je ne connais pas, et de leur apporter immédiatement de la valeur est une habileté qui me sera toujours utile, peu importe ce que je ferai comme travail. J’ai appris à la plus dure école l’art de faire des appels à froid, celle des agences de recouvrement. Je vous partage ici mes trucs.

À un certain point dans votre carrière, vous devrez appeler une personne que vous ne connaissez pas, pour obtenir quelque chose que vous n’avez pas et dont vous avez besoin. – Grant Cardone

Saviez-vous que 96 personnes sur 100 ont un téléphone cellulaire en Amérique? Faire de la prospection téléphonique est DE LOIN le moyen le plus économique d’aller chercher une nouvelle clientèle.

Quel est le but premier de l’appel à froid? En bon franglais : CLOSER UN DEAL!

Pourquoi les appels à froid sont utiles en recherche d’emploi.

D’abord, parce qu’il y a seulement 20% des postes qui sont affichés. Il faut aller chercher le reste du marché par vous-même. Dès maintenant, vous pouvez identifier 5 personnes avec qui vous voulez travailler. Ce sera déjà un début!

Le poste, la carrière de vos rêves ne cognera certainement pas à votre porte. Si vous ne faites rien pour créer du mouvement dans votre recherche d’emploi, il ne se passera pas grand-chose. Il suffit de démarrer pour créer un momentum et sentir que vos démarches progressent.

L’appel à ne pas faire.

« Bonjour Madame Beaudoin, je m’appelle __________. Je vous contacte aujourd’hui parce que je crois qu’on peut s’entraider.

Ah oui? Expliquez-moi comment?

Je recherche un emploi, vous êtes recruteure, nous sommes faits pour nous entendre! Est-ce qu’on peut se rencontrer?»

L’abréviation qui m’est venue en tête ne s’écrit pas sur un blogue professionnel. Je vous dirais que c’est le parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

Le BON appel à faire

Voici une structure simple que j’aurai le plaisir de développer dans un prochain article.

  1. Salutations : Bonjour, mon nom est Mylene
  2. Raison de votre appel : Je vous appelle concernant l’affichage du poste de Directeur des Finances.
  3. Qualifier la personne : Pour vous éviter de perdre votre temps, j’aimerais savoir
  • Est-ce que le poste est toujours disponible?
  • Pour quelles raisons le poste est-il toujours ouvert?
  • Si je peux vous démontrer que je peux _________________ (régler tous les problèmes reliés au point b.)
  1. Déterminer qui prend les décisions : Qui d’autre que vous est impliqué dans la décision d’embauche?
  1. Obtenir un RDV, créer l’urgence d’agir : Pourriez-vous être disponible pour me rencontrer AUJOURD’HUI?
  1. Donnez vos coordonnées et confirmez les informations du RDV : Avez-vous un crayon? (Non? Je vous attends)
  1. Sécurisez le rendez-vous : Est-ce qu’il y a quelque chose qui pourrait vous empêcher d’être présent à cette rencontre?

BOOM!

En conclusion, les appels à froid fonctionnent toujours, ils sont probablement votre meilleur outil de recherche d’emploi et vous n’avez même pas idée à quel point! Je vous partage plus d’infos dans les prochaines semaines!

À bientôt!

Cliquez ICI pour voir la 2e partie de cet article.

Print Friendly, PDF & Email
Voir les options de partage
Cacher les options de partage