Chaque mois, je vous présente une collabo d’un blogueur invité. Pour janvier, je vous présente une de mes anciennes étudiantes, maintenant amie et collaboratrice, Alexandra Loiselle.

Pour n’importe qui, se trouver du boulot, c’est synonyme de stress. Imagine 2 minutes ce que cette démarche représente pour les gens anxieux… L’enfer sur terre. Le besoin de plaire, les imprévus, le besoin de contrôle sont des traits très importants chez les personnes vivant avec de l’anxiété. Donc, lorsqu’il est temps de se chercher un emploi, nous sommes tous vulnérables à ces aspects, non ?

Dis-moi donc pourquoi c’est plus difficile pour les anxieux

Évalue le stress que tu vis. Multiplie-le par cent et tu auras peut-être idée du niveau d’angoisse que l’anxieux vit au quotidien. Il ne s’en rend pas toujours compte, car pour lui, c’est habituel, mais ajoutes-y une perte d’emploi, les obligations financières qu’il doit respecter et la pression de se retrouver un boulot dans ses cordes… La crise de panique est proche. Il y a tellement de facteurs à évaluer lors des recherches d’emplois et l’anxieux lui veut être certain de ne pas en louper aucun.

Est-ce que j’ai beaucoup de voyagement à faire ?

Est-ce que je serais à l’heure pour aller chercher les enfants à l’école ?

Le patron doit être compréhensif, j’ai une famille !

Est-ce que financièrement parlant ça vaut le coup ?

Est-ce que je m’accomplirai ? Car lorsque je n’aime pas mon travail, la dépression me guette.

Est-ce que je serais capable de supporter cette pression ?

Vais-je être assez bon ?

Et je peux continuer comme ça ben longtemps. Car le questionnement d’un anxieux peut être interminable. Son hamster tourne sans arrêt.

Youppi ! J’ai réussi à avoir une entrevue !

Bon l’anxieux a réussi à obtenir une entrevue ! Il est fou de joie, 5 minutes. Après la chienne lui pogne… solide. Il se met à réévaluer son CV, ses compétences, ses expériences. Il est certain qu’ils se sont trompés et qu’ils vont le rappeler pour annuler. Puis, il ne veut surtout pas penser qu’il aura l’emploi, car côté émotif, il tombera de trop haut s’il ne réussit pas ce tour de force. Il le veut ce boulot, c’est viscéral. Tellement qu’il se torture avec des peccadilles. Qu’est-ce que je vais mettre ? Je dois me maquiller, mais pas trop quand même ! Faut que je sois moi-même, mais c’est qui ça moi-même ? À quelle heure dois-je partir de chez moi pour ne pas être en retard ? Mais en même temps, y paraît qu’arriver trop tôt, ce n’est pas l’idéal pour l’opinion qu’ils auront de toi.

L’anxieux n’est même pas parti de chez lui qu’il est complètement brûlé.

De retour chez lui, la pression redescend.

Tu crois ça ? Pour l’anxieux, le stress ne fait que continuer. Est-ce qu’il me rappellera même si je ne suis pas choisi (en passant, toi l’employeur, c’est ben gentil de rappeler le candidat. Ça empêche les gens d’attendre pour rien. Merci.) Est-ce que j’ai dit tout ce que je devais ? Ah non, j’ai parlé que j’avais des enfants, je n’aurais pas dû ! Va-t-il appeler mes anciens employeurs ? Même si je n’ai rien à me reprocher, j’ai peur ! Je veux travailler à cet endroit ! Il le faut !

À toi qui choisis les candidats pour ton entreprise, écoute ceci :

Alors, si tu as apprécié cette personne. Ne juge pas son anxiété. Tu te priveras d’un employé fiable, consciencieux et surtout vraiment impliquer dans ton univers. Laisse ton instinct te guider. L’anxiété, ça se traite. Trouver un employé compétent et passionné, c’est pas mal plus difficile !

Suivez Alexandra Loiselle sur le blog www.filleetsonanxiete.com

Print Friendly, PDF & Email
Voir les options de partage
Cacher les options de partage