Il y a des choses dans la vie qui sont certaines. Vous allez vivre du rejet et vous faire dire non à plusieurs reprises. ÇA, c’est une certitude. Ce qui demeure incertain, c’est comment vous allez y réagir.

Depuis notre plus jeune âge, nous nous faisons dire non, et cela nous affecte à différents degrés. Certains nous donnent l’effet d’une « bine » sur l’épaule, d’autres minent sérieusement notre confiance en soi. Rappelez-vous lorsque vous aviez 5 ans et que vos parents vous disaient « non ». Vous retourniez à votre projet et poussiez, harceliez vos parents jusqu’à ce qu’ils abdiquent et vous disent « oui ». Rappelez-vous à quel point vous étiez obsédé pour avoir ce que vous vouliez!

Maintenant à l’âge adulte, je vois souvent des entrepreneurs, nouveaux travailleurs autonomes publier dans les médias sociaux « J’ai vécu mon premier rejet… ». J’ai une mauvaise nouvelle pour vous, ce n’est pas la première fois que vous vous faites dire « non » et j’ai une encore plus mauvaise nouvelle, ce n’est certainement la dernière. Et c’est là qu’intervient le titre de cet article : « Suck it up, buttercup! » Mettez vos bobettes de grandes filles et de grands garçons, analysez la situation et prenez les actions nécessaires!

Voici quelques questions à vous poser lorsqu’on vous donne un « non » qui vous affecte plus que d’habitude.

  • Avez-vous mis tous vos œufs dans le même panier?
  • Quelle est la prochaine étape?
  • Qu’avez-vous d’autre dans votre « pipeline »?
  • Est-ce que ce « non » en est vraiment un?

Avez-vous mis tous vos œufs dans le même panier?

D’abord, si vous misez tout sur un seul projet, vous augmentez votre risque de vous planter. Prenez Warren Buffet en exemple. Les 150+ milliards qui sont investis par Berkshire Hathaway sont divisés dans 50 entreprises différentes. Un des hommes les plus riches de la terre ne mets jamais tous ses œufs dans le même panier. Donc, pourquoi le faites-vous?

Quelle est la prochaine étape?

Souvent, « non » est une réponse temporaire. Faites vos suivis. Continuez de vous améliorer, de grandir de développer vos habiletés. Relancez ce client avec une nouvelle proposition, vous serez surpris. La vie récompense ceux qui n’abandonnent pas.

Qu’avez-vous d’autre dans votre « pipeline »?

Si la réponse est RIEN. Vous avez un problème et c’est de votre faute. La prospection est toujours la clé. Si vous arrêtez de prospecter pendant 30 jours, il vous en faudra 90 pour vous remettre sur pieds. N’ARRÊTEZ JAMAIS de prospecter. Ça coûte trop cher de ne pas faire ce que vous avez à faire.

Est-ce que ce « non » en est vraiment un?

Yup! Quelle est la dernière fois où vous avez pratiqué vos réponses aux objections les plus communes? Quand vous avez une nouvelle objection, faites-vous la recherche pour découvrir comment la contourner? Est-ce que vous répétez jusqu’à ce que ce soit une 2e nature? Faites-vous vos suivis? Ma coach d’affaires me mentionne souvent qu’on voit la qualité d’une entreprise à la qualité de ses suivis. Quel est le niveau de qualité de vos suivis?

Rappelez-vous que…

VOUS avez le contrôle sur votre réaction à ce fameux « non ». Apprenez à analyser vos actions, vos émotions, ajustez votre plan et passer à l’action. Rester assis à vous plaindre et à brailler ne règlera rien. On se relève, on se dépoussière et on recommence. Se péter la margoulette, ça fait partie de la vie, vivre du rejet aussi!

Amusez-vous! Avancez TOUJOURS dans vos projets!

P.S. J’adore me faire dire « non. Voici les 7 raisons pourquoi!

Print Friendly, PDF & Email
Voir les options de partage
Cacher les options de partage